Vous êtes ici : Vie pédagogique » Numérique et enseignement » E-primo : l'ENT premier degré

e-primo

e-primo au service de la continuité pédagogique en IME

Publié le 07/05/2020 Mis à jour le 07/05/2020

E-Primo, un outil au service de l’inclusion familiale. Une enseignante témoigne des usages au sein de son IME.

L’IME Clémence ROYER à SAINT NAZAIRE accueille 48 enfants âgés de 5 à 15 ans. La situation exceptionnelle du printemps 2020 a permis d’accélérer l’appropriation de l’ENT par les familles et les équipes, « une expérience d’abord très intense et périlleuse pour chacun, mais finalement une opportunité de mobiliser différemment les énergies. »

Premier enjeu : garder le lien

IME fermé, élèves et professionnels confinés, avec des libertés individuelles contrariées, c’est d’abord sous le signe d’une perte totale des repères que s’est ouverte cette période.
Pour que ce dénominateur commun qu’est l’Ecole, survive à cette distanciation forcée, l’utilisation du numérique s’est vite imposée comme une solution incontournable. Encore faut-il que tous les acteurs en soient convaincus.
« Dans la précipitation, nous avions laissé partir nos élèves le 13 mars avec des « devoirs », des prolongements du travail effectué à l’IME, tout en nous lançant dans l’élaboration d’outils adaptés au format numérique pour la suite. Au fil de nos appels et de nos échanges par mail avec les familles et entre professionnels, nous mesurons que l’enjeu n’est pas tant de continuer à faire ou à proposer du « travail scolaire », que de garder en vie des liens quotidiens indispensables, auxquels des appels téléphoniques et échanges écrits, même quotidiens, ne peuvent suffire. »




Le numérique et la poursuite de l’accompagnement

A l’injonction de la continuité pédagogique s’ajoute celle de l’intervention spécialisée. C’est pourtant la modularité des propositions offertes par E-Primo qui a permis non seulement la continuité, mais aussi la pluridisciplinarité des soutiens proposés.
En effet les interventions des professionnels ont pu trouver leur place dans la diversité des médiations numériques. La psychomotricienne a pu ainsi transmettre des tutoriels vidéo aux élèves. L’infirmière a créé des routines quotidiennes et des séances de relaxation.

Les éducateurs proposent quotidiennement des défis et récits illustrés : recettes de cuisine à réaliser, jeux, bricolages.





Quant aux enseignants, ils ont pu transmettre et réinventer leurs pratiques, de manière à les rendre accessibles à distance :

 

« C’est ainsi, à travers la variété des supports et des interventions, qu’a émergé une émulation dans une interaction élargie à tous les acteurs. » précise une enseignante.

Réinventer les coopérations


« L’outil E-Primo, loin de nous desservir dans le contexte particulier du confinement, nous a offert l’occasion de réaffirmer un engagement d’équipe, riche de ses complémentarités et des diverses facettes de son expertise. Peu à peu, les élèves et leurs familles se sont impliqués dans cette « vie virtuelle » dans un partage bien réel. »

« C’est ainsi dans cette coopération réinventée, accordant une plus large part aux familles et instaurant une meilleure reconnaissance mutuelle, que nous avons pû, grâce au numérique et au soutien des ERUN, revisiter et élargir le concept d’inclusion scolaire à une véritable « inclusion familiale », mettant au cœur de notre action quotidienne l’enfant et sa famille. »
 




Thématique :
Numérique, Scolarisation des élèves en situation de handicap
Date :
07/05/2020
Partager cette page

Rédigé par Vanessa Becavin

M.A.J. le 07/05/2020